Le caractère Stuart possède les proportions et formes générales des types vénitiens du XVe siècle. Tracé suivant un modèle calligraphique, il déploie une sobre régu­larité classique. Son aspect général est toutefois résolument contemporain.

 

Son italique est inspiré des premiers italiques d’Alde Manuce et Francesco Griffo: peu penché, son axe d’inclinaison varie très légèrement. Il est décliné en trois graisses, avec leurs italiques correspondants.

 

Caractère livresque de labeur, Stuart est disponible en plusieurs corps optique pour une lisibilité accrue. Stuart Titling (pour les corps supérieurs à 14 points) est plus étroit, ses pleins et déliés sont plus marqués. Stuart Text convient quant à lui aux corps moyens, entre 9 et 14 points. Stuart Caption, plus large et solidement charpenté, est à utiliser pour les corps inférieurs à 9 points.

 

Stuart est disponible en versions Standard et Pro, cette dernière disposant de plus de 14000 signes.

 

→ Pour plus de détails sur les styles et glyphes disponibles, téléchargez le spécimen en PDF.

→ Voir également le Stuart Tigresque.

 

Mary Stuart (1542–1587), reine d’Écosse. Gaetano Donizetti (1797–1848), compositeur Bergamasque.


Azimuts, nº 31, École supérieure d’Art et de Design, Saint-Étienne, 2008.


Idem.

 

Pierre-André Poncet, Le cheval des Franches-Montagnes à travers l’histoire, Société jurassienne d’Émulation, Porrentruy, 2009.

 

Miguel Denis Norambuena, Temuco, Éditions du Tricorne, Genève, 2009.


Le Tigre, curieux journal curieux.


Idem.


Idem.